Conflit d'intérêts du directeur

Les administrateurs d'une entreprise doivent à tout moment être guidés par l'intérêt de l'entreprise. Et si les administrateurs devaient prendre des décisions qui impliquent leurs propres intérêts personnels? Quel intérêt prévaut et que doit faire un administrateur dans une telle situation?

Conflit d'intérêts du réalisateur Image

Quand y a-t-il un conflit d'intérêts?

Lors de la gestion de l'entreprise, le conseil peut parfois prendre une décision qui offre également un avantage à un administrateur spécifique. En tant qu'administrateur, vous devez vous soucier des intérêts de l'entreprise et non de vos intérêts personnels. Il n'y a pas de problème immédiat si une décision prise par le directoire fait en sorte qu'un administrateur en bénéficie personnellement. Ceci est différent si cet intérêt personnel entre en conflit avec les intérêts de l'entreprise. Dans ce cas, le directeur ne peut participer aux réunions et aux prises de décision.

Dans l'affaire Bruil, la Cour suprême a statué qu'il y a conflit d'intérêts si l'administrateur n'est pas en mesure de protéger les intérêts de la société et de son entreprise affiliée de telle manière qu'un administrateur entier et impartial peut le faire en raison de la présence d'un intérêt personnel ou d'un autre intérêt qui n'est pas parallèle à celui de la personne morale. [1] Pour déterminer s'il existe un conflit d'intérêts, toutes les circonstances pertinentes de l'affaire doivent être prises en compte.

Il existe un conflit d'intérêts qualitatif lorsque le directeur agit à des titres différents. C'est le cas, par exemple, lorsque le dirigeant d'une société est en même temps la contrepartie de la société car il est également administrateur d'une autre personne morale. L'administrateur doit alors représenter plusieurs intérêts (conflictuels). S'il y a un intérêt purement qualitatif, l'intérêt n'est pas couvert par les règles sur les conflits d'intérêts. C'est le cas si l'intérêt n'est pas lié à un intérêt personnel de l'administrateur. Un exemple de ceci est lorsque deux sociétés du groupe concluent un accord. Si l'administrateur est administrateur des deux sociétés, mais n'est pas un actionnaire (n) (indirect) ou n'a pas d'autre intérêt personnel, il n'y a pas de conflit d'intérêts qualitatif.

Quelles sont les conséquences de la présence d'un conflit d'intérêts?

Les conséquences d'un conflit d'intérêts sont désormais définies dans le Code civil néerlandais. Un administrateur ne peut participer aux délibérations et à la prise de décision s'il a un intérêt personnel direct ou indirect qui entre en conflit avec les intérêts de la société et de son entreprise affiliée. Si, par conséquent, aucune décision du conseil ne peut être prise, la décision est prise par le conseil de surveillance. En l'absence de conseil de surveillance, la décision est adoptée par l'assemblée générale, sauf disposition contraire des statuts. Cette disposition est incluse dans la section 2: 129 paragraphe 6 pour la société anonyme (NV) et 2: 239 paragraphe 6 du Code civil néerlandais pour la société à responsabilité limitée (BV).

Il ne peut être conclu de ces articles que la simple présence d'un tel conflit d'intérêts est imputable à un administrateur. On ne peut pas non plus lui reprocher de se retrouver dans cette situation. Les articles stipulent uniquement que l'administrateur doit s'abstenir de participer aux délibérations et au processus décisionnel. Il ne s’agit donc pas d’un code de conduite qui mène à la sanction ou à la prévention d’un conflit d’intérêts, mais uniquement d’un code de conduite qui prescrit la manière dont un administrateur doit agir en cas de conflit d’intérêts. L'interdiction de participer aux délibérations et à la prise de décision implique que l'administrateur concerné ne peut pas voter, mais il peut être sollicité pour information avant le conseil ou l'introduction du point à l'ordre du jour du conseil. La violation de ces articles rendra cependant la résolution nulle et non avenue conformément à l'article 2:15 section 1 sous a du Code civil néerlandais. Cet article stipule que les décisions sont annulables si elles sont en conflit avec les dispositions régissant la formation des décisions. L'action en annulation peut être intentée par toute personne ayant un intérêt raisonnable au respect de la disposition.

Ce n’est pas seulement le devoir d’abstinence qui s’applique. Le directeur fournit également des informations sur un éventuel conflit d'intérêts dans une décision à prendre au conseil d'administration en temps opportun. En outre, il découle de l'article 2: 9 du Code civil néerlandais que le conflit d'intérêts doit également être notifié à l'assemblée générale des actionnaires. Cependant, la loi n'indique pas clairement quand l'obligation de faire rapport a été remplie. Il convient donc d'inclure une disposition à cet effet dans les statuts ou ailleurs. L'intention du législateur avec ces lois est de protéger l'entreprise contre le risque qu'un administrateur soit influencé par des intérêts personnels. De tels intérêts augmentent le risque que l'entreprise subisse un désavantage. L'article 2: 9 du Code civil néerlandais - qui réglemente la responsabilité interne des administrateurs - est soumis à un seuil élevé. Les administrateurs ne sont responsables qu'en cas de conduite gravement coupable. Le non-respect des règles légales ou statutaires de conflit d'intérêts est une circonstance grave qui entraîne en principe la responsabilité des administrateurs. Un administrateur en conflit peut être gravement reproché personnellement et peut donc en principe être tenu responsable par la société.

Depuis les règles modifiées sur les conflits d'intérêts, les règles de représentation ordinaires sont applicables à de telles situations. Les articles 2: 130 et 2: 240 du Code civil néerlandais sont particulièrement importants à cet égard. En revanche, un administrateur qui, sur la base des règles relatives aux conflits d'intérêts, n'est pas autorisé à participer aux délibérations et à la prise de décision, est autorisé à représenter la société dans l'acte juridique mettant en œuvre la décision. Sous l'ancienne loi, un conflit d'intérêts entraînait une restriction du pouvoir de représentation: cet administrateur n'était pas autorisé à représenter la société.

Conclusion

Si un administrateur a un intérêt conflictuel, il doit s'abstenir de délibérer et de prendre des décisions. C'est le cas s'il a un intérêt personnel ou un intérêt qui ne va pas de pair avec l'intérêt de l'entreprise. Si un administrateur ne respecte pas l'obligation de s'abstenir, il peut augmenter ses chances d'être tenu responsable en tant qu'administrateur par la société. En outre, la décision peut être annulée par quiconque a un intérêt raisonnable à le faire. Malgré un conflit d'intérêts, l'administrateur peut toujours représenter la société.

Trouvez-vous difficile de déterminer s'il existe un conflit d'intérêts? Ou avez-vous des doutes quant à l'opportunité de divulguer l'existence d'un intérêt et d'informer le conseil? Demandez aux avocats en droit des sociétés au Law & More vous informer. Ensemble, nous pouvons évaluer la situation et les possibilités. Sur la base de cette analyse, nous pouvons vous conseiller sur les prochaines étapes appropriées. Nous serons également heureux de vous fournir des conseils et une assistance lors de toute procédure.

[1] HR 29 juin 2007, NJ 2007 / 420; JOR 2007/169 (Bruil).

Partager