Douanes néerlandaises: les risques et les conséquences de l'introduction de produits interdits aux Pays-Bas

Lors de la visite d'un pays étranger en avion, il est de notoriété publique qu'il faut passer les douanes à l'aéroport. Les personnes visitant les Pays-Bas doivent passer la douane par exemple à l'aéroport de Schiphol ou à l'aéroport d'Eindhoven. Il arrive souvent que les bagages des passagers contiennent des produits interdits, qui entrent ensuite aux Pays-Bas exprès ou par ignorance ou inattention. Quelle que soit la raison, les conséquences de ces actions peuvent être graves. Aux Pays-Bas, le gouvernement a accordé aux douanes le pouvoir spécial de prononcer lui-même des sanctions pénales ou administratives. Ces pouvoirs ont été définis dans l'Algemene Douanewet (loi générale sur les douanes). Plus précisément, quelles sanctions existe-t-il et dans quelle mesure ces sanctions peuvent-elles être réellement appliquées? Lisez-le ici!

Le 'Algemene Douanetwet'

Le droit pénal néerlandais connaît en général le principe de territorialité. Le Code pénal néerlandais contient une disposition qui stipule que le Code s'applique à toute personne qui commet une infraction pénale aux Pays-Bas. Cela signifie que la nationalité ou le pays de résidence de l'auteur de l'infraction ne sont pas des critères décisifs. L'Algemene Douanewet est basé sur le même principe et est applicable à des situations douanières spécifiques qui se produisent sur le territoire des Pays-Bas. Lorsque l'Algemene Douanewet ne prévoit pas de règles spécifiques, on peut se fonder notamment sur les dispositions générales du code pénal néerlandais (`` Wetboek van Strafrecht '') et de la loi générale sur le droit administratif (`` Algemene Wet Bestuursrecht '' ou `` Awb ''). Dans l'Algemene Douanewet, l'accent est mis sur les sanctions pénales. En outre, il existe une différence dans les situations dans lesquelles les différents types de sanctions peuvent être imposées.

Les douanes néerlandaises les risques et les conséquences de l'introduction de produits interdits aux Pays-Bas

Sanction administrative

Une sanction administrative peut être infligée: lorsque les marchandises ne sont pas présentées en douane, lorsque l'on ne respecte pas les conditions de la licence, lorsqu'il n'y a pas de marchandises sur un site de stockage, lorsque les formalités pour compléter les procédures douanières pour les marchandises introduites dans l'UE ne sont pas remplies respecté et lorsque les marchandises n'ont pas reçu en temps voulu une destination douanière. L'amende administrative peut atteindre une hauteur de + - 300 EUR, - ou, dans d'autres cas, une hauteur d'au plus 100% du montant des droits.

Pénalité pénale

Il est plus probable qu'une sanction pénale sera imposée si des marchandises interdites entrent aux Pays-Bas par l'arrivée à un aéroport. Une sanction pénale peut par exemple être infligée lorsque des marchandises sont importées aux Pays-Bas qui, conformément à la loi, ne peuvent pas être importées ou qui ont été déclarées à tort. À l'exception de ces exemples d'actes criminels, l'Algemene Douanewet décrit une série d'autres actes criminels. L'amende pénale peut normalement atteindre une hauteur maximale de 8,200 82,000 EUR ou la hauteur du montant des droits éludés, lorsque ce montant est plus élevé. En cas d'actes intentionnels, l'amende maximale au titre de l'Algemene Douanewet peut atteindre une hauteur de 20,500 XNUMX EUR ou la hauteur du montant des droits éludés, lorsque ce montant est plus élevé. Dans certains cas, l'Algemene Douanewet fixe une peine de prison. Dans ce cas, les actes ou omissions peuvent être considérés comme un crime. Lorsque l'Algemene Douanewet ne fixe pas de peine de prison mais seulement une amende, les actes ou omissions peuvent être considérés comme une infraction. La peine d'emprisonnement maximale prévue dans le Algemene Douanewet est une peine de six ans. Lorsque des marchandises interdites sont importées aux Pays-Bas, la sanction peut être une peine de quatre ans. Dans un tel cas, l'amende sera d'un maximum de XNUMX XNUMX EUR.

Procédures

  • Procédure administrative: la procédure administrative diffère de la procédure pénale. Selon la gravité de l'acte, la procédure administrative peut être simple ou plus compliquée. En cas d'actes pour lesquels une amende inférieure à 340 euros peut être infligée, la procédure sera généralement simple. Lorsqu'une infraction est constatée pour laquelle une amende administrative peut être infligée, elle sera communiquée à l'intéressé. L'avis contient les conclusions. En cas d'actes pour lesquels l'amende peut être supérieure à 340 euros, - une procédure plus détaillée doit être suivie. Premièrement, l'intéressé doit recevoir un avis écrit de son intention d'imposer l'amende administrative. Cela lui donne la possibilité de résister à l'amende. Ensuite, il sera décidé (dans les 13 semaines) si l'amende sera infligée ou non. Aux Pays-Bas, on peut contester une décision d'un organe administratif (l'inspecteur) dans les six semaines suivant la décision. La décision sera réexaminée dans un délai de six semaines. Par la suite, il est également possible de porter la décision devant les tribunaux.
  • Procédure criminelle: Lorsqu'une infraction pénale est détectée, un procès-verbal est établi, sur la base duquel une ordonnance pénale peut être rendue. Lorsqu'une ordonnance pénale est émise pour un montant supérieur à 2,000 XNUMX EUR, le suspect doit d'abord être entendu. Une copie de l'ordonnance pénale sera remise au suspect. Un inspecteur ou un fonctionnaire désigné déterminera le délai dans lequel l'amende doit être payée. Quatorze jours après réception de la copie de l'ordonnance pénale par le suspect, l'amende est récupérable. Lorsque le suspect n'est pas d'accord avec l'ordonnance pénale, il peut résister à l'ordonnance pénale du ministère public néerlandais dans un délai de deux semaines. Cela se traduira par une réévaluation de l'affaire, après quoi l'ordonnance pénale peut être annulée, modifiée ou une personne peut être appelée en justice. Le tribunal décidera alors de ce qui se passera. Dans les cas plus graves, le procès-verbal tel que mentionné dans la première phrase du paragraphe précédent doit d'abord être transmis au procureur, qui peut alors reprendre l'affaire. Le procureur peut alors également décider de renvoyer l'affaire à l'inspecteur. Lorsque l'ordre pénal n'est pas payé, une peine de prison peut s'ensuivre.

Hauteur des pénalités

Les directives concernant la sanction sont incluses dans le Algemene Douanewet. Le montant spécifique des sanctions est déterminé soit par un inspecteur ou un fonctionnaire désigné, soit par le procureur (ce dernier uniquement en cas d'acte délictueux) et sera fixé par une ordonnance pénale (strafbeschikking) ou une décision administrative (beschikking ). Comme décrit précédemment, on peut soulever des objections à la décision administrative («bezwaar maken») auprès de l'organe administratif ou on peut résister à l'ordre pénal du procureur. Après cette dernière résistance, le tribunal rendra un jugement sur la question.

Comment ces sanctions sont-elles imposées?

L'ordonnance pénale ou la décision administrative suivra généralement un certain temps après l'incident, car il faut un certain travail de procédure / administratif pour mettre toutes les informations pertinentes sur papier. Néanmoins, c'est un phénomène connu en droit néerlandais (en particulier le droit pénal néerlandais) qu'il pourrait, dans certaines circonstances, être possible de payer immédiatement des ordonnances pénales. Un bon exemple est le paiement direct des commandes pénales en cas de possession de drogue dans les festivals néerlandais. Cela n'est toutefois jamais recommandé, car le paiement des amendes constitue immédiatement un aveu de culpabilité, avec de nombreuses conséquences possibles, comme un casier judiciaire. Néanmoins, il est recommandé de payer ou de résister à l'amende dans le délai imparti. Lorsqu'après plusieurs rappels la pénalité n'est toujours pas payée, on fait généralement appel à un huissier pour récupérer le montant. Lorsque cela ne s'avère pas efficace, une peine de prison peut s'ensuivre.

Contact

Si vous avez d'autres questions ou commentaires après avoir lu cet article, n'hésitez pas à contacter mr. Maxim Hodak, avocat à Law & More via maxim.hodak@lawandmore.nl ou mr. Tom Meevis, avocat chez Law & More via tom.meevis@lawandmore.nl ou appelez-nous au +31 (0) 40-3690680.

Partager