Responsabilité des administrateurs aux Pays-Bas

Introduction

Créer sa propre entreprise est une activité attrayante pour de nombreuses personnes et présente plusieurs avantages. Cependant, ce que les (futurs) entrepreneurs semblent sous-estimer, c'est le fait que la création d'une entreprise comporte également des inconvénients et des risques. Lorsqu'une entreprise est fondée sous la forme d'une entité juridique, le risque de responsabilité des administrateurs est présent.

Une entité juridique est un organisme juridique distinct doté d'une personnalité juridique. Par conséquent, une entité juridique est en mesure d'effectuer des actions en justice. Pour y parvenir, l'entité juridique a besoin d'aide. Étant donné que l'entité juridique n'existe que sur papier, elle ne peut pas fonctionner sur elle-même. L'entité juridique doit être représentée par une personne physique. En principe, l'entité juridique est représentée par le conseil d'administration. Les administrateurs peuvent exercer des actions en justice au nom de l'entité juridique. Le directeur ne lie l'entité juridique qu'à ces actions. En principe, un administrateur n'est pas responsable des dettes de la personne morale avec ses biens personnels. Cependant, dans certains cas, la responsabilité des administrateurs peut survenir, auquel cas l'administrateur sera personnellement responsable. Il existe deux types de responsabilité des administrateurs: la responsabilité interne et externe. Cet article traite des différents motifs de responsabilité des administrateurs.

Responsabilité interne des administrateurs

La responsabilité interne signifie qu'un administrateur sera tenu responsable par l'entité juridique elle-même. La responsabilité interne découle de l'article 2: 9 du Code civil néerlandais. Un administrateur peut être tenu responsable en interne lorsqu'il a mal rempli ses fonctions. Une mauvaise exécution des tâches est supposée lorsqu'une accusation grave peut être portée contre le directeur. Ceci est basé sur l'article 2: 9 du Code civil néerlandais. En outre, le directeur n'a peut-être pas fait preuve de négligence en prenant des mesures afin de prévenir la survenue d'une mauvaise gestion. Quand parle-t-on d'une accusation grave? Selon la jurisprudence, cela doit être évalué en tenant compte de toutes les circonstances de l'affaire.

Agir contrairement aux statuts de la personne morale est considéré comme une circonstance lourde. Si tel est le cas, la responsabilité des administrateurs sera en principe assumée. Cependant, un administrateur peut présenter des faits et des circonstances indiquant que le fait d’agir contrairement aux statuts n’entraîne aucune accusation grave. Si tel est le cas, le juge devrait explicitement l'inclure dans son jugement.

Plusieurs responsabilités et disculpations internes

La responsabilité fondée sur l'article 2: 9 du Code civil néerlandais implique qu'en principe tous les administrateurs sont individuellement responsables. De graves accusations seront donc portées à l'encontre de l'ensemble du conseil d'administration. Cependant, il existe une exception à cette règle. Un administrateur peut s'exonérer («excuser») lui-même de la responsabilité des administrateurs. Pour ce faire, le directeur doit démontrer que l'accusation ne peut être retenue contre lui et qu'il n'a pas fait preuve de négligence en prenant des mesures pour empêcher une mauvaise gestion. Cela découle de l'article 2: 9 du Code civil néerlandais. Un appel à décharge ne sera pas facilement accepté. Le directeur doit démontrer qu'il a pris toutes les mesures en son pouvoir pour éviter une mauvaise gestion. Le fardeau de la preuve incombe au directeur.

Une répartition des tâches au sein du conseil d'administration peut être importante pour déterminer si un administrateur est ou non responsable. Cependant, certaines tâches sont considérées comme des tâches importantes pour l'ensemble du conseil d'administration. Les administrateurs doivent être conscients de certains faits et circonstances. Une division des tâches ne change rien à cela. En principe, l'incompétence n'est pas un motif de disculpation. On peut s'attendre à ce que les administrateurs soient correctement informés et qu'ils posent des questions. Cependant, des situations peuvent se produire dans lesquelles cela ne peut être attendu d'un administrateur. Par conséquent, le fait qu'un administrateur puisse ou non se disculper avec succès dépend grandement des faits et des circonstances de l'affaire.

Responsabilité externe des administrateurs

La responsabilité externe implique qu'un administrateur est responsable envers les tiers. La responsabilité externe perce le voile corporatif. L'entité juridique ne protège plus les personnes physiques qui en sont les administrateurs. Les fondements juridiques de la responsabilité des administrateurs externes sont une mauvaise gestion, fondée sur l'article 2: 138 du Code civil néerlandais et l'article 2: 248 du Code civil néerlandais (en cas de faillite) et un acte délictuel fondé sur l'article 6: 162 du Code civil néerlandais (en dehors de la faillite ).

Responsabilité externe des administrateurs en cas de faillite

La responsabilité des administrateurs externes en cas de faillite s'applique aux sociétés privées à responsabilité limitée (les BV et NV néerlandaises). Cela découle de l'article 2: 138 du Code civil néerlandais et de l'article 2: 248 du Code civil néerlandais. Les administrateurs peuvent être tenus responsables lorsque la faillite a été provoquée par une mauvaise gestion ou des erreurs du conseil d'administration. Le curateur, qui représente tous les créanciers, doit vérifier si la responsabilité des administrateurs peut s'appliquer.

La responsabilité externe en cas de faillite peut être acceptée lorsque le conseil d'administration a mal rempli ses fonctions et cette mauvaise exécution est apparemment une cause importante de la faillite. La charge de la preuve de cette mauvaise exécution des tâches incombe au conservateur; il doit rendre plausible qu'un administrateur raisonnablement réfléchi, dans les mêmes circonstances, n'aurait pas agi de cette façon. Les actions qui portent atteinte aux créanciers génèrent en principe une mauvaise gestion. Les abus des administrateurs doivent être évités.

Le législateur a inclus certaines hypothèses de preuve à l'article 2: 138 alinéa 2 du Code civil néerlandais et à l'article 2: 248 alinéa 2 du Code civil néerlandais. Lorsque le conseil d'administration ne respecte pas l'article 2:10 du Code civil néerlandais ou l'article 2: 394 du Code civil néerlandais, une hypothèse de preuve apparaît. Dans ce cas, on suppose qu'une mauvaise gestion a été une cause importante de la faillite. Cela transfère la charge de la preuve au directeur. Cependant, les administrateurs peuvent réfuter les hypothèses de preuve. Pour ce faire, le directeur doit rendre plausible que la faillite n'a pas été causée par une mauvaise gestion, mais par d'autres faits et circonstances. Le directeur doit également démontrer qu'il n'a pas fait preuve de négligence en prenant des mesures afin d'empêcher une mauvaise gestion. De plus, le curateur ne peut déposer une réclamation que pour la période de trois ans précédant la faillite. Cela découle de l'article 2: 138 sous 6 du Code civil néerlandais et de l'article 2: 248 sous 6 du Code civil néerlandais.

Plusieurs responsabilités et disculpations externes

Chaque administrateur est solidairement responsable d'une mauvaise gestion apparente en cas de faillite. Cependant, les administrateurs peuvent échapper à cette responsabilité en s'exonérant. Cela découle de l'article 2: 138 alinéa 3 du Code civil néerlandais et de l'article 2: 248 alinéa 3 du Code civil néerlandais. Le directeur doit prouver que la mauvaise exécution des tâches ne peut lui être reprochée. Il peut également ne pas avoir fait preuve de négligence en prenant des mesures afin d'éviter les conséquences d'une mauvaise exécution des tâches. Le fardeau de la preuve à décharge incombe au directeur. Cela découle des articles susmentionnés et est établi dans la jurisprudence récente de la Cour suprême néerlandaise.

Responsabilité externe fondée sur un acte délictuel

Les administrateurs peuvent également être tenus responsables sur la base d'un acte délictuel, qui découle de l'article 6: 162 du Code civil néerlandais. Cet article fournit une base générale pour la responsabilité. La responsabilité des administrateurs fondée sur un acte délictuel peut également être invoquée par un créancier individuel.

La Cour suprême néerlandaise distingue deux types de responsabilité des administrateurs sur la base d'un acte délictuel. Premièrement, la responsabilité peut être acceptée sur la base de la norme Beklamel. Dans ce cas, un administrateur a conclu un accord avec un tiers au nom de la société, alors qu'il savait ou aurait raisonnablement dû comprendre que la société ne pouvait pas respecter les obligations découlant de cet accord. Le deuxième type de responsabilité est la frustration des ressources. Dans ce cas, un administrateur a causé le fait que la société ne paie pas ses créanciers et n'est pas en mesure de remplir ses obligations de paiement. Les actions du réalisateur sont si imprudentes, qu'une accusation grave peut être portée contre lui. La charge de la preuve incombe au créancier.

Responsabilité du directeur de l'entité juridique

Aux Pays-Bas, une personne physique ainsi qu'une personne morale peuvent être administrateurs d'une personne morale. Pour faciliter les choses, la personne physique qui est administrateur sera appelée administrateur physique et l'entité juridique qui est administrateur sera appelée administrateur d'entité dans ce paragraphe. Le fait qu'une entité juridique puisse être administrateur ne signifie pas que la responsabilité des administrateurs peut simplement être évitée en nommant une entité juridique en tant qu'administrateur. Cela découle de l'article 2:11 du Code civil néerlandais. Lorsqu'un administrateur d'entité est tenu responsable, cette responsabilité incombe également aux administrateurs naturels de cet administrateur d'entité.

L'article 2:11 du Code civil néerlandais s'applique aux situations dans lesquelles la responsabilité des administrateurs est assumée sur la base de l'article 2: 9 du Code civil néerlandais, de l'article 2: 138 du Code civil néerlandais et de l'article 2: 248 du Code civil néerlandais. Cependant, la question s'est posée de savoir si l'article 2:11 du Code civil néerlandais s'applique également à la responsabilité des administrateurs fondée sur un acte délictuel. La Cour suprême néerlandaise a décidé que tel était bien le cas. Dans cet arrêt, la Cour suprême néerlandaise rappelle l'historique juridique. L'article 2:11 du Code civil néerlandais vise à empêcher les personnes physiques de se cacher derrière les directeurs d'entité afin d'éviter toute responsabilité. Cela implique que l'article 2:11 du Code civil néerlandais s'applique à tous les cas dans lesquels un administrateur d'entité peut être tenu responsable en vertu de la loi.

Décharge au conseil d'administration

La responsabilité des administrateurs peut être évitée en donnant décharge au conseil d'administration. La décharge signifie que la politique du conseil d'administration, telle qu'elle est menée jusqu'au moment de la décharge, est approuvée par l'entité juridique. La décharge est donc une renonciation de responsabilité pour les administrateurs. La décharge n'est pas un terme que l'on peut trouver dans la loi, mais il est souvent inclus dans les statuts d'une personne morale. La décharge est une renonciation de responsabilité interne. Par conséquent, la décharge ne s'applique qu'à la responsabilité interne. Les tiers peuvent toujours invoquer la responsabilité des administrateurs.

La décharge ne s'applique qu'aux faits et circonstances connus des actionnaires au moment où la décharge a été accordée.   La responsabilité pour des faits inconnus sera toujours présente. Par conséquent, la décharge n'est pas sûre à XNUMX% et n'offre aucune garantie aux administrateurs.

Conclusion

L'entrepreneuriat peut être une activité stimulante et amusante, mais malheureusement, il comporte des risques. De nombreux entrepreneurs pensent qu’ils peuvent exclure leur responsabilité en fondant une entité juridique. Ces entrepreneurs seront déçus; dans certaines circonstances, la responsabilité des administrateurs peut s'appliquer. Cela peut avoir des conséquences importantes; un administrateur sera responsable des dettes de la société avec ses actifs privés. Par conséquent, les risques découlant de la responsabilité des administrateurs ne doivent pas être sous-estimés. Il serait judicieux pour les administrateurs des entités juridiques de se conformer à toutes les dispositions légales et de gérer l'entité juridique de manière ouverte et délibérée.

La version complète de cet article est disponible via ce lien

Contact

Si vous avez des questions ou des commentaires après avoir lu cet article, n'hésitez pas à contacter Maxim Hodak, avocat au Law & More via maxim.hodak@lawandmore.nl, ou Tom Meevis, avocat au Law & More via tom.meevis@lawandmore.nl, ou appelez le +31 (0) 40-3690680.

ECLI: NL: HR: 1997: ZC2243 (Staleman / Van de Ven).

ECLI: NL: HR: 2002: AE7011 (Berghuizer Papierfabriek).

ECLI: NL: GHAMS: 2010: BN6929.

ECLI: NL: HR: 2001: AB2053 (Panmo).

ECLI: NL: HR: 2007: BA6773 (Blue Tomato).

ECLI: NL: HR: 2015: 522 (Glascentrale Beheer BV).

ECLI: NL: HR: 1989: AB9521 (plainte).

[8] ECLI: NL: HR: 2006: AZ0758 (Ontvanger / Roelofsen).

ECLI: NL: HR: 2017: 275.

ECLI: NL: HR: 1997: ZC2243 (Staleman / Van de Ven); ECLI: NL: HR: 2010: BM2332.

Partager