Reconnaissance et exécution des jugements étrangers aux Pays-Bas

Un jugement rendu à l'étranger peut-il être reconnu et/ou exécuté aux Pays-Bas ? C'est une question fréquemment posée dans la pratique juridique qui traite régulièrement des parties et des différends internationaux. La réponse à cette question n'est pas univoque. La doctrine de la reconnaissance et de l'exécution des jugements étrangers est assez complexe en raison de diverses lois et réglementations. Ce blog fournit une brève explication des lois et réglementations applicables dans le contexte de la reconnaissance pour l'exécution des jugements étrangers aux Pays-Bas. Sur cette base, la question ci-dessus trouvera une réponse dans ce blog.

Reconnaissance et exécution des jugements étrangers aux Pays-Bas

En matière de reconnaissance et d'exécution des jugements étrangers, l'article 431 du Code de procédure civile (DCCP) est central aux Pays-Bas. Celui-ci stipule ce qui suit :

'1. Sous réserve des dispositions des articles 985 à 994, ni les décisions rendues par les juridictions étrangères ni les actes authentiques dressés hors des Pays-Bas ne sont exécutoires aux Pays-Bas.

2. Les affaires peuvent être entendues et réglées à nouveau par le tribunal néerlandais.

Article 431 alinéa 1 DCCP – exécution d'une décision étrangère

Le premier alinéa de l'art. 431 DCCP traite de l'exécution des jugements étrangers et est clair : le principe de base est que les jugements étrangers ne peuvent pas être exécutés aux Pays-Bas. Toutefois, le premier alinéa de l'article précité va plus loin et prévoit qu'il existe également une exception au principe de base, à savoir dans les cas prévus aux articles 985-994 DCCP.

Les articles 985-994 DCCP contiennent des règles générales de procédure d'exécution des titres exécutoires créés dans des Etats étrangers. Ces règles générales, également appelées procédure d'exequatur, ne s'appliquent selon l'article 985, paragraphe 1, DCCP que dans le cas où « une décision rendue par un tribunal d'un État étranger est exécutoire aux Pays-Bas en vertu d'un traité ou en vertu d'un la loi'.

Au niveau européen (UE), par exemple, les réglementations pertinentes suivantes existent dans ce contexte :

  • Règlement EEX en matière civile et commerciale internationale
  • Règlement Ibis sur le divorce international et la responsabilité parentale
  • Règlement sur les pensions alimentaires sur la pension alimentaire internationale pour les enfants et le conjoint
  • Règlement sur le droit des biens matrimoniaux sur le droit international des biens matrimoniaux
  • Règlement sur le partenariat sur le droit international de la propriété des sociétés de personnes
  • Ordonnance sur les successions sur le droit international des successions

Si un jugement étranger est exécutoire aux Pays-Bas en vertu d'une loi ou d'un traité, alors cette décision ne constitue pas automatiquement une ordonnance exécutoire, de sorte qu'elle peut être exécutée. A cette fin, le tribunal néerlandais doit d'abord être prié d'accorder l'autorisation d'exécution visée à l'article 985 DCCP. Cela ne veut pas dire que l'affaire sera réexaminée. Ce n'est pas le cas, selon l'article 985 Rv. Il existe cependant des critères sur la base desquels le tribunal évalue si l'autorisation sera accordée ou non. Les critères exacts sont précisés dans la loi ou le traité sur la base duquel la décision est exécutoire.

Article 431 alinéa 2 DCCP – reconnaissance d'un jugement étranger

En cas d'absence de traité d'exécution entre les Pays-Bas et l'État étranger, un jugement étranger en vertu de l'art. 431 alinéa 1 DCCP aux Pays-Bas non éligible à l'exécution. Un exemple en est un jugement russe. Après tout, il n'existe aucun traité entre le Royaume des Pays-Bas et la Fédération de Russie réglementant la reconnaissance mutuelle et l'exécution des jugements en matière civile et commerciale.

Si une partie souhaite néanmoins exécuter un jugement étranger qui n'est pas exécutoire en vertu d'un traité ou d'une loi, l'article 431 alinéa 2 DCCP offre une alternative. Le deuxième alinéa de l'article 431 DCCP prévoit qu'une partie, au profit de laquelle la peine a été prononcée dans le jugement étranger, peut à nouveau saisir le tribunal néerlandais, afin d'obtenir une décision comparable et exécutoire. Le fait qu'un tribunal étranger ait déjà statué sur le même litige n'empêche pas que le litige soit à nouveau porté devant le tribunal néerlandais.

Dans cette nouvelle procédure conformément à l'article 431, paragraphe 2 DCCP, le tribunal néerlandais « évaluera dans chaque cas particulier si et dans quelle mesure l'autorité doit être attribuée à un jugement étranger » (HR 14 novembre 1924, NJ 1925, Bontmantel). Le principe de base ici est qu'un jugement étranger (qui a acquis l'autorité de la chose jugée) est reconnu aux Pays-Bas si les exigences minimales suivantes ont été développées dans l'arrêt de la Cour suprême du 26 septembre 2014 (ECLI:NL:HR:2014:2838, Gazprombank) est terminé :

  1. la compétence du tribunal qui a rendu le jugement étranger repose sur un chef de compétence généralement acceptable selon les normes internationales ;
  2. le jugement étranger a été rendu dans le cadre d'une procédure judiciaire qui répond aux exigences d'une procédure régulière et avec des garanties suffisantes ;
  3. la reconnaissance du jugement étranger n'est pas contraire à l'ordre public néerlandais ;
  4. il n'est pas question d'une situation dans laquelle la décision étrangère est incompatible avec une décision d'un tribunal néerlandais rendue entre les parties, ou avec une décision antérieure d'un tribunal étranger rendue entre les mêmes parties dans un litige portant sur le même sujet et est fondée sur la même cause.

Si les conditions susmentionnées sont remplies, un traitement au fond de l'affaire peut ne pas être pris et le tribunal néerlandais peut se contenter d'une condamnation de l'autre partie à celle à laquelle elle a déjà été condamnée dans le jugement étranger. Veuillez noter que dans ce système, développé par la jurisprudence, le jugement étranger n'est pas déclaré « exécutoire », mais une nouvelle condamnation est prononcée dans un jugement néerlandais qui correspond à la condamnation dans le jugement étranger.

Si les conditions a) à d) ne sont pas remplies, le contenu de l'affaire devra encore être traité par le tribunal de manière substantielle. La question de savoir si et, dans l'affirmative, quelle valeur probante doit être attribuée au jugement étranger (non admissible à la reconnaissance) est laissée à la discrétion du juge. Il ressort de la jurisprudence que lorsqu'il s'agit de la condition de l'ordre public, le tribunal néerlandais attache de la valeur au principe du droit d'être entendu. Cela signifie que si le jugement étranger a été rendu en violation de ce principe, sa reconnaissance sera probablement contraire à l'ordre public.

Vous êtes impliqué dans un litige juridique international et vous souhaitez que votre jugement étranger soit reconnu ou exécuté aux Pays-Bas ? S'il vous plaît contactez Law & More. À Law & More, nous comprenons que les différends juridiques internationaux sont complexes et peuvent avoir de lourdes conséquences pour les parties. C'est pourquoi Law & MoreLes avocats de utilisent une approche personnelle, mais adéquate. Avec vous, ils analysent votre situation et décrivent les prochaines étapes à suivre. Si nécessaire, nos avocats, experts dans le domaine du droit international et procédural, se feront également un plaisir de vous assister dans toute procédure de reconnaissance ou d'exécution.

Partager
Law & More B.V.