La loi néerlandaise sur la prévention du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme expliquée

Le 2018er août XNUMX, la loi néerlandaise sur la prévention du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme (néerlandais: Wwft) est en vigueur depuis dix ans. Le principal objectif de la Wwft est de garder le système financier propre; la loi vise à empêcher l'utilisation du système financier à des fins criminelles de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Le blanchiment d'argent signifie que les actifs obtenus illégalement sont légalisés pour masquer l'origine illégale. Le financement du terrorisme se produit lorsque des capitaux sont utilisés pour faciliter les activités terroristes. Selon la Wwft, les organisations sont tenues de signaler les transactions inhabituelles. Ces rapports contribuent à la détection et à la poursuite du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme. La Wwft a un grand impact sur les organisations actives aux Pays-Bas. Les organisations doivent activement prendre des mesures pour empêcher le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Cet article examinera quelles institutions relèvent du champ d'application de la Wwft, quelles obligations ces institutions ont selon la Wwft et quelles sont les conséquences lorsque les institutions ne se conforment pas à la Wwft.

La loi néerlandaise sur la prévention du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme expliquée

1. Institutions entrant dans le champ d'application de la Wwft

Certaines institutions sont tenues de se conformer aux dispositions de la Wwft. Afin d'évaluer si un établissement est soumis à la Wwft, le type d'établissement et les activités exercées par l'établissement sont examinés. Une institution soumise à la Wwft peut être amenée à effectuer une due diligence client ou à signaler une transaction. Les institutions suivantes peuvent être soumises à la Wwft:

  • vendeurs de marchandises;
  • intermédiaires dans l'achat et la vente de marchandises;
  • évaluateurs immobiliers;
  • agents immobiliers et intermédiaires en immobilier;
  • les exploitants de prêteurs sur gages et les fournisseurs de domicile;
  • institutions financières;
  • professionnels indépendants.

Vendeurs de marchandises

Les vendeurs de marchandises sont tenus de procéder à une vérification diligente du client lorsque le prix des marchandises à vendre s'élève à 15,000 25,000 € ou plus et que ce paiement est effectué en espèces. Peu importe que le paiement ait lieu en termes ou en une fois. Lorsqu'un paiement en espèces de XNUMX XNUMX € ou plus a lieu lors de la vente de biens spécifiques, tels que des navires, des véhicules et des bijoux, le vendeur doit toujours signaler cette transaction. Lorsqu'un paiement n'est pas effectué en espèces, il n'y a aucune obligation Wwft. Cependant, un dépôt en espèces sur le compte bancaire du vendeur est considéré comme un paiement en espèces.

Intermédiaires dans l'achat et la vente de biens

Si vous intervenez dans l'achat ou la vente de certains produits, vous êtes soumis à la Wwft et êtes obligé de faire preuve de diligence raisonnable envers les clients. Cela comprend la vente et l'achat de véhicules, de navires, de bijoux, d'objets d'art et d'antiquités. Peu importe à quel point le prix à payer est élevé et si le prix a été payé en espèces. Lorsqu'une transaction avec un paiement en espèces de 25,000 XNUMX € ou plus se produit, cette transaction doit toujours être déclarée.

Évaluateurs de biens immobiliers

Lorsqu'un évaluateur évalue un bien immobilier et découvre des faits et circonstances inhabituels pouvant concerner le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme, cette transaction doit être déclarée. Cependant, les évaluateurs ne sont pas obligés de faire preuve de diligence raisonnable envers les clients.

Agents et intermédiaires en immobilier

Les personnes qui interviennent dans l'achat et la vente de biens immobiliers sont soumises à la Wwft et doivent faire preuve de diligence raisonnable envers le client pour chaque mission. L'obligation de diligence raisonnable du client s'applique également à l'égard de la contrepartie du client. Si l'on soupçonne qu'une transaction peut impliquer le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme, cette transaction doit être signalée. Cela s'applique également aux transactions pour lesquelles un montant de 15,000 XNUMX € ou plus est reçu en espèces. Peu importe que ce montant soit destiné à l'agent immobilier ou à un tiers.

Opérateurs de prêteurs sur gages et fournisseurs de domicile

Les opérateurs de prêteur sur gages qui offrent des promesses professionnelles ou commerciales doivent faire preuve de diligence raisonnable à l'égard de chaque transaction. Si une transaction est inhabituelle, cette transaction doit être signalée. Cela vaut également pour toutes les transactions d'un montant de 25,000 XNUMX € ou plus. Les fournisseurs de domicile qui mettent une adresse ou une adresse postale à la disposition de tiers à titre professionnel ou professionnel, doivent également mener une diligence raisonnable pour chaque client. Si l'on soupçonne qu'il peut y avoir du blanchiment d'argent ou du financement du terrorisme lié à la fourniture du domicile, la transaction doit être signalée.

Institutions financières

Les institutions financières comprennent les banques, les bureaux de change, les casinos, les bureaux de fiducie, les institutions d'investissement et certains assureurs. Ces institutions doivent toujours faire preuve de diligence raisonnable envers les clients et signaler les transactions inhabituelles. Cependant, des règles différentes peuvent s'appliquer aux banques.

Professionnels indépendants

La catégorie des professionnels indépendants comprend les personnes suivantes: notaires, avocats, comptables, conseillers fiscaux et bureaux administratifs. Ces groupes professionnels doivent faire preuve de diligence raisonnable envers les clients et signaler les transactions inhabituelles.

Les institutions ou les professionnels qui exercent de manière indépendante des activités à titre professionnel, qui correspondent aux activités exercées par les institutions mentionnées ci-dessus, peuvent également être soumis à la Wwft. Cela peut inclure les activités suivantes:

  • conseiller les entreprises sur la structure du capital, la stratégie commerciale et les activités connexes;
  • consultation et prestation de services dans le domaine des fusions et acquisitions d'entreprises;
  • la création ou la gestion de sociétés ou d'entités juridiques;
  • acheter ou vendre des sociétés, des personnes morales ou des actions dans des sociétés;
  • l'acquisition totale ou partielle de sociétés ou d'entités juridiques;
  • activités liées à la fiscalité.

Afin de déterminer si une institution est soumise ou non à la Wwft, il est important de garder à l'esprit les activités qu'elle accomplit. Si une institution ne fournit que des informations, elle n'est en principe pas soumise à la Wwft. Si une institution offre des conseils à ses clients, elle peut être soumise à la Wwft. Cependant, il y a une mince frontière entre fournir des informations et fournir des conseils. En outre, la diligence raisonnable requise du client doit avoir lieu avant qu'une institution ne conclue un accord commercial avec un client. Lorsqu'une institution pense initialement que seules des informations doivent être fournies à un client, mais qu'il apparaît par la suite que des conseils ont été donnés ou devraient l'être également, l'obligation de mener la diligence raisonnable préalable du client n'est pas remplie. Il est également très risqué de diviser les activités d'une institution en activités soumises à la Wwft et activités non soumises à la Wwft, car la frontière entre ces activités est très vague. En outre, il peut également arriver que des activités distinctes ne soient pas soumises à la Wwft, mais que ces activités entraînent une obligation Wwft lorsqu'elles sont réunies. Il est donc important de déterminer à l'avance si votre établissement est soumis ou non à la Wwft.

Dans certaines circonstances, une institution peut relever du champ d'application de la loi néerlandaise sur le contrôle des bureaux de fiducie (Wtt) plutôt que de la Wwft. Le Wtt contient des exigences plus strictes en ce qui concerne la diligence raisonnable des clients et les institutions qui sont soumises au Wtt ont besoin d'un permis pour mener leurs activités. Selon le Wtt, les institutions qui fournissent un domicile et qui mènent également des activités supplémentaires sont soumises au Wtt. Ces activités supplémentaires consistent à fournir des conseils juridiques, à prendre en charge les déclarations fiscales, à mener des activités concernant la rédaction, l'évaluation et le suivi des comptes annuels ou à maintenir l'administration ou à acquérir un administrateur pour une société ou une personne morale. En pratique, la domiciliation et la conduite d'activités supplémentaires sont souvent gérées par deux institutions différentes, afin de s'assurer que ces institutions n'entrent pas dans le champ d'application du Wtt. Cependant, cela ne sera plus possible lorsque le Wtt modifié entrera en vigueur. Après l'entrée en vigueur de cette modification législative, les institutions qui prévoient la preuve de domicile et la conduite d'activités supplémentaires entre deux institutions seront également soumises à la Wtt. Cela concerne les institutions qui mènent elles-mêmes des activités supplémentaires, mais orientent le client vers une autre institution pour la fourniture ou le domicile (ou vice versa) ainsi que les institutions qui agissent comme intermédiaires en mettant un client en contact avec diverses parties qui peuvent fournir un domicile et peuvent mener activités supplémentaires. Il est important que les institutions aient une bonne vue d'ensemble de leurs activités, afin de déterminer quelle loi s'applique à elles.

2. Diligence raisonnable du client

Selon la Wwft, une institution soumise à la Wwft doit mener une diligence raisonnable envers ses clients. La diligence raisonnable du client doit être effectuée avant que l'établissement ne conclue un accord commercial avec le client et avant que les services ne soient fournis. La diligence raisonnable des clients implique, entre autres, qu'une institution doit demander l'identité de ses clients, doit vérifier ces informations, les enregistrer et les conserver pendant cinq ans.

La diligence raisonnable des clients selon la Wwft est axée sur les risques. Cela signifie qu'une institution doit prendre en compte les risques liés à la nature et à la taille de sa propre entreprise ainsi que les risques liés à la relation commerciale spécifique ou à la transaction. L'intensité de la diligence raisonnable doit être conforme à ces risques. Le Wwft implique trois niveaux de diligence raisonnable pour le client: standard, simplifié et amélioré. En fonction des risques, une institution doit déterminer laquelle des due diligences client susmentionnées doit être effectuée. En plus de l'interprétation fondée sur les risques de la diligence raisonnable des clients qui doit être effectuée dans les cas standard, une évaluation des risques peut également s'avérer être une raison pour effectuer une diligence raisonnable simplifiée ou améliorée pour les clients. Lors de l'évaluation des risques, les points suivants doivent être pris en compte: les clients, les pays et les raisons géographiques où l'établissement opère et les produits et services fournis.

La Wwft ne précise pas les mesures que les institutions doivent prendre pour équilibrer la diligence raisonnable du client avec la sensibilité au risque de la transaction. Cependant, il est important que les institutions établissent des procédures basées sur les risques afin de déterminer avec quelle intensité la diligence raisonnable des clients doit être effectuée. Par exemple, les mesures suivantes peuvent être mises en œuvre: établir une matrice des risques, formuler une politique ou un profil des risques, mettre en place des procédures d'acceptation des clients, prendre des mesures de contrôle interne ou une combinaison de ces mesures. En outre, il est recommandé d'effectuer la gestion des fichiers et de conserver un enregistrement de toutes les transactions et des évaluations des risques correspondantes. L'autorité responsable en ce qui concerne la Wwft, la cellule de renseignement financier (CRF), peut demander à une institution de fournir son identification et son évaluation des risques liés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. Une institution est tenue de se conformer à une telle demande. Le Wwft contient également des pointeurs qui indiquent avec quelle intensité la diligence raisonnable des clients doit être menée.

2.1 Diligence raisonnable standard du client

Normalement, les institutions doivent mener une diligence raisonnable standard pour les clients. Cette diligence raisonnable comprend les éléments suivants:

  • déterminer, vérifier et enregistrer l'identité du client;
  • déterminer, vérifier et enregistrer l'identité du propriétaire ultime du bénéficiaire (UBO);
  • déterminer et enregistrer le but et la nature de la cession ou de la transaction.

Identité du client

Afin de savoir à qui les services sont fournis, l'identité du client doit être déterminée avant que l'établissement ne commence à fournir ses services. Afin d'identifier le client, le client doit être invité à fournir ses détails d'identité. Par la suite, l'identité du client doit être vérifiée. Pour une personne physique, cette vérification peut se faire en demandant un passeport original, un permis de conduire ou une carte d'identité. Les clients qui sont des personnes morales doivent être priés de fournir un extrait du registre du commerce ou d'autres documents ou données fiables qui sont habituels dans le trafic international. Ces informations doivent ensuite être conservées par l'institution pendant cinq ans.

Identité du UBO

Si le client est une personne morale, une société de personnes, une fondation ou une fiducie, l'UBO doit être identifié et vérifié. L'UBO d'une personne morale est une personne physique qui:

  • détient une participation de plus de 25% dans le capital du client; ou
  • peut exercer 25% ou plus des actions ou des droits de vote à l'assemblée générale des actionnaires du client; ou
  • peut exercer un contrôle réel sur un client; ou
  • est bénéficiaire d'au moins 25% des actifs d'une fondation ou d'une fiducie; ou
  • a un contrôle spécial sur 25% ou plus des actifs des clients.

L'UBO d'une société de personnes est la personne physique qui, à la dissolution de la société, a droit à une part des actifs de 25% ou plus ou a droit à une part des bénéfices de 25% ou plus. Dans le cas d'une fiducie, le ou les experts en sinistres et les fiduciaires doivent être identifiés.

Lorsque l'identité de l'UBO est déterminée, cette identité doit être vérifiée. Une institution doit évaluer les risques liés au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme; la vérification de l'UBO doit avoir lieu en fonction de ces risques. C'est ce qu'on appelle la vérification basée sur les risques. La forme de vérification la plus profonde consiste à déterminer au moyen de documents sous-jacents, tels que des actes, des contrats et des inscriptions dans des registres publics ou d'autres sources fiables, que l'UBO en question est effectivement autorisé pour 25% ou plus. Ces informations peuvent être demandées en cas de risque élevé de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. En cas de risque faible, une institution peut demander au client de signer une déclaration UBO. En signant cette déclaration, le client confirme l'exactitude de l'identité de l'UBO.

Objet et nature de la cession ou de la transaction

Les établissements doivent effectuer des recherches sur les antécédents et l'objet d'une relation ou transaction commerciale envisagée. Cela devrait empêcher les services des institutions d'être utilisés pour le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme. L'enquête sur la nature de la cession ou de la transaction doit être fondée sur le risque. Lorsque la nature de la cession ou de la transaction a été déterminée, celle-ci doit être enregistrée dans un registre.

2.2 Diligence raisonnable simplifiée envers les clients

Il est également possible qu'une institution se conforme à la Wwft en effectuant une diligence raisonnable simplifiée pour ses clients. Comme nous l'avons déjà mentionné, l'intensité de la diligence raisonnable des clients sera déterminée sur la base d'une analyse des risques. Si cette analyse montre que le risque de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme est faible, une diligence raisonnable simplifiée peut être effectuée. Selon la Wwft, une diligence raisonnable simplifiée est en tout cas suffisante si le client est une banque, un assureur-vie ou une autre institution financière, une société cotée ou une institution gouvernementale de l'UE. Dans de tels cas, seules l'identité du client ainsi que le but et la nature de la transaction doivent être déterminés et enregistrés de la manière décrite en 2.1. La vérification du client et l'identification et la vérification de l'UBO ne sont pas nécessaires dans ce cas.

2.3 Diligence raisonnable accrue envers les clients

Il peut également arriver que des mesures de vigilance accrues soient prises à l'égard des clients. C'est le cas lorsque le risque de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme est élevé. Selon la Wwft, une diligence raisonnable accrue envers les clients doit être menée dans les situations suivantes:

  • à l'avance, on soupçonne un risque accru de blanchiment d'argent ou de financement du terrorisme;
  • le client n'est pas physiquement présent à l'identification;
  • le client ou UBO est une personne politiquement exposée.

Soupçon d'un risque accru de blanchiment d'argent ou de financement du terrorisme

Lorsque l'analyse des risques montre qu'il existe un risque élevé de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, une diligence raisonnable renforcée doit être effectuée. Cette diligence raisonnable accrue pour les clients peut, par exemple, être effectuée en demandant un certificat de bonne conduite au client, en enquêtant davantage sur les autorités et les fonctions du conseil d'administration et des procurations ou en enquêtant sur l'origine et la destination des fonds, y compris la demande d'une banque déclarations. Les mesures à prendre dépendent de la situation.

Le client n'est pas physiquement présent à l'identification

Si un client n'est pas physiquement présent à l'identification, cela entraîne un risque plus élevé de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. Dans ce cas, des mesures doivent être prises pour compenser ce risque spécifique. La Wwft indique quelles options les institutions ont pour compenser le risque:

  • identifier le client sur la base de documents, données ou informations supplémentaires (par exemple une copie notariée du passeport ou des apostilles);
  • évaluer l'authenticité des documents soumis;
  • veiller à ce que le premier paiement lié à la relation d'affaires ou à la transaction soit effectué au nom ou aux frais d'un compte du client auprès d'une banque qui a son siège social dans un État membre ou auprès d'une banque dans un État désigné qui détient une licence pour faire des affaires dans cet état.

Si un paiement d'identification est effectué, on parle d'identification dérivée. Cela signifie qu'une institution peut utiliser les données d'une vérification préalable de la clientèle effectuée antérieurement. L'identification dérivée est autorisée car la banque où le paiement d'identification a lieu est également une institution soumise à la Wwft ou à une surveillance similaire dans un autre État membre. En principe, le client est déjà identifié par la banque lors de l'exécution de ce paiement d'identification.

Le client ou UBO est une personne politiquement exposée

Les personnes politiquement exposées (PPE) sont des personnes qui occupent une position politique importante aux Pays-Bas ou à l'étranger, ou qui ont occupé une telle position il y a un an, et

  • vivre à l'étranger (qu'ils aient ou non la nationalité néerlandaise ou une autre nationalité);

OR

  • vivent aux Pays-Bas mais n'ont pas la nationalité néerlandaise.

La question de savoir si une personne est une PPE doit être étudiée à la fois pour le client et pour tout UBO du client. Les personnes suivantes sont en tout cas des PEP:

  • chefs d'État, chefs de gouvernement, ministres et secrétaires d'État;
  • parlementaires;
  • membres de hautes autorités judiciaires;
  • membres des bureaux d'audit et des conseils d'administration des banques centrales;
  • ambassadeurs, chargés d'affaires et officiers supérieurs de l'armée;
  • les membres des organes administratifs, exécutifs et de contrôle;
  • les organes des entreprises publiques;
  • membres de la famille immédiate ou proches associés des personnes susmentionnées.

Lorsqu'un PEP est impliqué, l'institution doit collecter et vérifier davantage de données pour réduire et contrôler suffisamment le risque élevé de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

3. Signaler une transaction inhabituelle

Lorsque la diligence raisonnable du client est terminée, l'institution doit déterminer si la transaction proposée est inhabituelle. Si tel est le cas et qu'il pourrait y avoir blanchiment d'argent ou financement du terrorisme, la transaction doit être signalée.

Si la diligence raisonnable du client n'a pas fourni les données prescrites par la loi ou s'il existe des indices d'implication dans le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme, la transaction doit être signalée à la CRF. C'est selon la Wwft. Les autorités néerlandaises ont établi des indications subjectives et objectives sur la base desquelles les institutions peuvent déterminer s'il existe une transaction inhabituelle. Si l'un des indicateurs est en cause, il est supposé que la transaction est inhabituelle. Cette transaction doit ensuite être signalée à la CRF dès que possible. Les indicateurs suivants sont établis:

Indicateurs subjectifs

  1. Une transaction dans laquelle l'institution a des raisons de supposer qu'elle peut être liée au blanchiment d'argent ou au financement du terrorisme. Divers pays à risque ont également été identifiés par le Groupe d'action financière.

Indicateurs objectifs

  1. Les transactions signalées à la police ou au ministère public en rapport avec le blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme doivent également être signalées à la CRF; après tout, on suppose que ces transactions peuvent être liées au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme.
  2. Une transaction effectuée par ou au profit d'une personne (morale) résidant ou ayant son siège social dans un État désigné par règlement ministériel comme un État présentant des lacunes stratégiques dans la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.
  3. Une transaction dans laquelle un ou plusieurs véhicules, navires, objets d'art ou bijoux sont vendus pour un paiement en espèces (partiel), dans lequel le montant à payer en espèces s'élève à 25,000 XNUMX € ou plus.
  4. Une transaction d'un montant de 15,000 XNUMX € ou plus, dans laquelle un échange d'espèces a lieu contre une autre devise ou de petites à grandes coupures.
  5. Un dépôt en espèces d'un montant de 15,000 XNUMX € ou plus en faveur d'une carte de crédit ou d'un instrument de paiement prépayé.
  6. L'utilisation d'une carte de crédit ou d'un instrument de paiement prépayé dans le cadre d'une transaction d'un montant de 15,000 XNUMX € ou plus.
  7. Une transaction d'un montant de 15,000 XNUMX € ou plus, versée à l'établissement ou par son intermédiaire en espèces, par chèque au porteur, avec un instrument prépayé ou avec des moyens de paiement similaires.
  8. Une transaction dans laquelle un ou plusieurs biens sont placés sous le contrôle d'un prêteur sur gages, le montant mis à disposition par le prêteur sur gages en échange s'élevant à 25,000 XNUMX € ou plus.
  9. Une transaction d'un montant de 15,000 XNUMX € ou plus, versée à l'établissement ou par son intermédiaire en espèces, par chèque, avec un instrument prépayé ou en devises.
  10. Déposer des pièces, des billets ou d'autres objets de valeur pour un montant de 15,000 XNUMX € ou plus.
  11. Une transaction de paiement par virement bancaire pour un montant de 15,000 XNUMX € ou plus.
  12. Un transfert d'argent pour un montant de 2,000 € ou plus, sauf s'il s'agit d'un transfert d'argent d'une institution qui laisse le règlement de ce transfert à une autre institution soumise à l'obligation de signaler une transaction inhabituelle, dérivant de la Wwft.

Tous les indicateurs ne s'appliquent pas à toutes les institutions. Cela dépend du type d'institution dont les indicateurs s'appliquent à l'institution. Lorsqu'une des transactions décrites ci-dessus a lieu dans une certaine institution, cela est considéré comme une transaction inhabituelle. Cette transaction doit être déclarée à la CRF. La CRF enregistre le rapport comme un rapport de transaction inhabituel. La CRF évalue ensuite si la transaction inhabituelle est suspecte et doit faire l'objet d'une enquête par une autorité d'enquête criminelle ou un service de sécurité.

4. Dédommagement

Si une institution signale une opération inhabituelle à la CRF, ce rapport entraîne une indemnisation. Selon la Wwft, les données ou informations fournies de bonne foi à la CRF dans le cadre d'un signalement, ne peuvent pas servir de base à ou aux fins d'une enquête ou de poursuites de l'institution qui a dénoncé un soupçon de blanchiment d'argent ou le financement du terrorisme par cette institution. De plus, ces données ne peuvent pas constituer un acte d'accusation. Cela s'applique également aux données fournies à la CRF par une institution, dans l'hypothèse raisonnable que cela impliquerait le respect de l'obligation de déclaration découlant de la Wwft. Cela signifie que les informations qu'une institution a fournies à la CRF, dans le cadre d'un rapport sur une transaction inhabituelle, ne peuvent pas être utilisées contre l'institution dans une enquête pénale sur le blanchiment de capitaux ou le financement du terrorisme. Cette indemnité s'applique également aux personnes qui travaillent pour l'institution qui a fourni les données et informations à la CRF. En signalant de bonne foi une transaction inhabituelle, une indemnité pénale est accordée.

En outre, une institution qui a signalé une transaction inhabituelle ou fourni des informations supplémentaires sur la base de la Wwft n'est pas responsable des dommages subis par un tiers. Cela signifie qu'une institution ne peut être tenue responsable des dommages subis par un client du fait de la déclaration de la transaction inhabituelle. Par conséquent, en respectant l'obligation de signaler une transaction inhabituelle, une indemnisation civile est également accordée à l'institution. Cette indemnisation civile s'applique également aux personnes qui travaillent pour l'institution qui a signalé la transaction inhabituelle ou fourni les informations à la CRF.

5. Autres obligations découlant de la Wwft

En plus de l'obligation de diligence raisonnable des clients et de signaler les transactions inhabituelles à la CRF, la Wwft encourt également une obligation de confidentialité et une obligation de formation pour les institutions.

Obligation de confidentialité

L'obligation de confidentialité implique qu'une institution ne peut informer quiconque d'un signalement à la CRF et des soupçons de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme dans une transaction. L'établissement est même interdit d'en informer le client concerné. La raison en est que la CRF ouvrira une enquête sur la transaction inhabituelle. L'obligation de confidentialité est instaurée pour empêcher les parties faisant l'objet de la recherche d'avoir, par exemple, la possibilité de disposer d'éléments de preuve.

Obligation de formation

Selon la Wwft, les institutions ont une obligation de formation. Cette obligation de formation implique que les employés de l'établissement doivent connaître les dispositions de la Wwft, dans la mesure où cela est pertinent pour l'exercice de leurs fonctions. Les employés doivent également être en mesure de mener correctement la diligence raisonnable de leurs clients et de reconnaître une transaction inhabituelle. Une formation périodique doit être suivie pour y parvenir.

6. Conséquences du non-respect de la Wwft

Diverses obligations découlent de la Wwft: conduite de la due diligence client, signalement des transactions inhabituelles, obligation de confidentialité et obligation de formation. Diverses données doivent également être enregistrées et stockées et une institution doit prendre des mesures pour réduire les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

Si une institution ne respecte pas les obligations énumérées ci-dessus, des mesures seront prises. Selon le type d'établissement, le contrôle du respect de la Wwft est effectué par les autorités fiscales / le bureau de surveillance Wwft, la Banque centrale néerlandaise, l'autorité néerlandaise des marchés financiers, le Financial Supervision Office ou le Dutch Bar Association. Ces superviseurs effectuent des enquêtes de contrôle pour vérifier si une institution se conforme correctement aux dispositions de la Wwft. Dans ces enquêtes, l'esquisse et l'existence d'une politique des risques sont évaluées. L'enquête vise également à garantir que les institutions déclarent effectivement les transactions inhabituelles. En cas de violation des dispositions de la Wwft, les autorités de contrôle sont autorisées à prononcer une ordonnance passible d'une sanction incrémentale ou d'une amende administrative. Ils ont également la possibilité de charger une institution de suivre une certaine ligne de conduite concernant le développement des procédures internes et la formation des salariés.

Si une institution n'a pas signalé une transaction inhabituelle, une violation de la Wwft se produira. Peu importe que le défaut de signaler ait été délibérément ou accidentellement. Si une institution viole la Wwft, cela entraîne une infraction économique conformément à la loi néerlandaise sur les infractions économiques. La CRF peut également mener d'autres enquêtes sur le comportement de déclaration d'une institution. Dans les cas graves, les autorités de contrôle peuvent même signaler la violation au procureur néerlandais, qui peut alors ouvrir une enquête pénale sur l'institution. L'institution sera alors poursuivie pour non-respect des dispositions de la Wwft.

7. Conclusion

La Wwft est une loi qui s'applique à de nombreuses institutions. Par conséquent, il est important que ces institutions sachent quelles obligations elles doivent remplir pour se conformer à la Wwft. Mener la diligence raisonnable des clients, signaler les transactions inhabituelles, l'obligation de confidentialité et l'obligation de formation découlent de la Wwft. Ces obligations ont été établies pour faire en sorte que le risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme soit aussi faible que possible et que des mesures immédiates puissent être prises en cas de suspicion que ces activités ont lieu. Pour les institutions, il est important d'évaluer les risques et de prendre des mesures en conséquence. Selon le type d'institution et les activités qu'une institution exerce, différentes règles peuvent s'appliquer.

La Wwft n'implique pas seulement que les institutions doivent se conformer aux obligations découlant de la Wwft, mais entraîne également d'autres conséquences pour les institutions. Lorsqu'un signalement à la CRF est fait de bonne foi, une indemnisation pénale et civile est accordée à l'institution. Dans ce cas, les informations fournies par l'institution ne peuvent être utilisées à son encontre. La responsabilité civile pour les dommages du client résultant d'un signalement à la CRF est également exclue. D'un autre côté, il y a des conséquences lorsque la Wwft est violée. Dans le pire des cas, une institution peut même faire l'objet de poursuites pénales. Par conséquent, il est très important que les institutions respectent les dispositions de la Wwft, non seulement pour réduire les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, mais aussi pour se protéger.
_____________________________

«Wat is de Wwft», Belastingdienst 09-07-2018, www.belastingdienst.nl.

Kamerutukken II 2017/18, 34 910, 7 (Nota van Wijziging).

Kamerutukken II 2017/18, 34 808, 3, p. 3 (MvT).

Kamerutukken II 2017/18, 34 808, 3, p. 3 (MvT).

Kamerutukken II 2017/18, 34 808, 3, p. 8 (MvT).

Kamerutukken II 2017/18, 34 808, 3, p. 3 (MvT).

«Wat is een PEP», Autorité des marchés financiers 09-07-2018, www.afm.nl.

Kamerutukken II 2017/18, 34 808, 3, p. 4 (MvT).

«Meldergroepen», CRF 09-07-2018, www.fiu-nederland.nl.

Partager