L'audition préliminaire des témoins: la recherche de preuves

Résumé

Interrogatoire préalable des témoins

En vertu du droit néerlandais, un tribunal peut ordonner un interrogatoire préliminaire de témoin à la demande de l'une des parties (intéressées). Lors d'une telle audition, on est obligé de dire la vérité. Ce n'est pas pour rien que la sanction légale pour parjure est une peine de six ans. Il existe cependant un certain nombre d'exceptions à l'obligation de témoigner. Par exemple, la loi connaît un privilège professionnel et familial. Une demande d'interrogatoire préalable d'un témoin peut également être rejetée lorsque cette demande s'accompagne d'un manque d'intérêt, lorsqu'il y a abus de droit, en cas de conflit avec les principes d'une procédure régulière ou lorsqu'il existe d'autres intérêts lourds qui justifier un rejet. Par exemple, une demande d’interrogatoire préliminaire de témoin peut être rejetée lorsqu’on essaie de découvrir des secrets commerciaux du concurrent ou lorsqu’on essaie d’initier un soi-disant Expédition de pêche. Malgré ces règles, des situations pénibles peuvent se produire; par exemple dans le secteur fiduciaire.

L'audience préliminaire

Secteur fiduciaire

Dans le secteur de la confiance, une grande partie des informations en circulation est généralement confidentielle; pas dans la moindre information des clients d'un bureau de fiducie. De plus, un bureau de fiducie a souvent accès à des comptes bancaires, ce qui nécessite évidemment un degré élevé de confidentialité. Dans un jugement important, le tribunal a statué qu'un bureau de fiducie lui-même n'est pas assujetti au privilège juridique (dérivé). La conséquence en est que le «secret de confiance» peut être contourné en demandant un interrogatoire préliminaire de témoin. La raison pour laquelle le tribunal n'a pas voulu accorder au secteur des fiducies et à ses employés un privilège juridique dérivé est évidemment le fait que l'importance de trouver la vérité compte le plus dans un tel cas, ce qui peut être considéré comme problématique. Par conséquent, une partie telle que l'administration fiscale, bien qu'elle ne dispose pas de preuves suffisantes pour engager une procédure, peut, en demandant un interrogatoire préliminaire de témoin, collecter de nombreuses informations (classifiées) auprès de divers employés d'un bureau de fiducie en afin de rendre une procédure plus viable. Néanmoins, le contribuable lui-même peut refuser l'accès à ses informations telles que visées à l'article 47 AWR sur la base de la confidentialité de ses contacts avec une personne ayant un devoir légal de confidentialité (avocat, notaire, etc.) dont il s'est rapproché. Le bureau de fiducie peut alors se référer à ce droit de refus du contribuable, mais dans ce cas, le bureau de fiducie doit néanmoins révéler qui est le contribuable en question. Cette possibilité de contournement du «secret de confiance» est souvent considérée comme un gros problème et à l'heure actuelle, il n'y a qu'un nombre limité de solutions et de possibilités pour les employés d'un bureau de fiducie de refuser de révéler des informations confidentielles lors d'un interrogatoire préliminaire de témoin.

Solutions

Comme déjà mentionné, parmi ces possibilités, il est indiqué que la contrepartie lance expéditions de pêche, que la contrepartie tente de découvrir des secrets d'entreprise ou que la contrepartie a un intérêt pour le dossier trop faible. De plus, dans certaines circonstances, il n'est pas nécessaire de témoigner contre lui-même. Cependant, ces motifs ne sont souvent pas pertinents dans le cas d'espèce. Dans l'un de ses rapports de 2008, le Comité consultatif du droit de la procédure civile («Adviescommissie van het Burgerlijk Procesrecht») propose un motif différent: la proportionnalité. Selon le Comité consultatif, il devrait être possible de refuser une demande de coopération lorsque le résultat serait manifestement disproportionné. Il s'agit d'un critère équitable, mais il reste à savoir dans quelle mesure ce critère serait efficace. Cependant, tant que le tribunal ne suivra pas cette piste de toute façon, le régime strict de la loi et la jurisprudence resteront en place. Ferme mais juste? Telle est la question.

La version complète de ce livre blanc est disponible en néerlandais via ce lien.

Contactez nous

Si vous avez d'autres questions ou commentaires après avoir lu cet article, n'hésitez pas à contacter mr. Maxim Hodak, avocat à Law & More via [email protected] ou mr. Tom Meevis, avocat chez Law & More via [email protected] ou appelez-nous au +31 (0) 40-3690680.

 

Partager
Law & More B.V.